Instant numa se réfère aux instant ramen ou nouilles instantanées très prisées au Japon.
Vous ne devez pas douter du plaisir culinaire de la chose mais ceci est un autre sujet, nous nous contenterons d'éventuels plaisirs cinématographiques.
Ce film conte la vie de Haname, jeune fille un peu banale qui adore la purée de Milo (Tonimalt du soleil levant).
Un jour la vie bascule par des divers événements troublants, sa mère chute en cherchant un "kappa" et se retrouve dans le coma, elle est virée de son travail et finalement s'aperçoit que son père est un excentrique brocanteur.

hikkoshiya san nin
Entre comédie et irrationnel le style est typique du cinéma japonais. On ne sait jamais vraiment sur quel pied dansé.
Le rythme est plutôt nonchalant avec un comique qui fais plus rire que sourire, on reste dans le délicat plus que dans le burlesque.
Le film continue doucement, Haname ouvre son "antique shop", elle se lie d'amitié avec un punk électricien du nom de gas, rencontre une femme qui cherche un robot pharaon diseur de bonne aventure.
Elle échangera ensuite toute sa fortune contre une clé de son antiquaire (et escroc) de père pour partir dans la quête d'un fabuleux trésor qui se relèvera être une montagne de sable.
Mais bien sûr le film nous réserver encore beaucoup de surprise sur un ton toujours à cheval entre le réel et l'irréel, le comique et le sérieux et le tout bien sûr fort de nombreux symboles.
Les personnages sont assez savoureux, les situations cocasses et toujours naviguant entre la vie courante et le suréalisme parviennent surprendre et faire sourire.
gas1.png
Le film souffre de certaines longueurs mais la douce joie de vivre un peu désuète qui en ressort est quand même très présente.
On fait un long et doux rêve qui sans être inoubliable nous fait passer un bon moment pour nous amener à une fin tout sauf prévisible hormis en extrapolant le titre du film.
Réalisateur à suivre.