Aller au contenuAller au menu

Ici et pas Ailleurs

Blog notes sur le cinéma et la littérature japonaise.

The Machine Girl (片腕マシンガール)


Attention, attention, changement total de genre et ça va déménager sec.
Cette fois c'est du cinéma, c'est gore, c'est japonais et bien que dérangeant pour les non habitués du genre, c'est une grande réussite.

Ami En bref (de toute façon c'est pas très compliqué), la petite et gentille Ami-chan va découvrir le cadavre de son frère tué par une bande d'écolier qui le rackettait. Révoltée, elle va partir dans une sanglante vengeance, très très en colère. Comme le montre l'affiche elle finira par avoir une mitraillette fixée sur le moignon de son bras (coupé en direct après avoir été fris en beignet (scène hilarante d'ailleurs)).

Machine Gun Girl Le scénario est simple et efficace mais tout est bien évidement à prendre bien souvent au 2, 3 ou même 4ème degré. La petite Ami est tout simplement increvable malgré son physique de gringallette (elle est idole dans la vie avant de faire ce film ...), son frère est vraiment trop niais, les méchants trop méchants (le père se transforme en vilain type tekken) et les ninjas ... Il faut le voir pour le croire.
La qualité de ce film est de pouvoir nous faire garder le sourire dans un ballet de doigts, tête, jambes coupés et fontaines de sang grâce à la loufoquerie des scènes, à l'ironie permanente et à l'auto-dérision même si tout de même parfois c'est un peu too much.
De plus la petite Ami, connue sous le nom de Minase Yashiro, avait plutôt l'habitude de faire la mièvre pour photographe pour son métier d'Idole (qui est de devenir célèbre uniquement à coup d'images et de goodies).


L'outrance de la niaiserie reconvertie en outrance visuelle, ça manque pas de piment.
Un film duquel je n'attendais pas grand chose et qui pourtant dans son extrême a réussit le pari audacieux de mélanger habilement un genre vite très limite, recycler des actrices qui ont commencé leurs carrières par le bas (...) le tout en utilisant des petits moyens et beaucoup d'imagination.
Une grande réussite si on arrive à supporter l'hémoglobine parfois très dégoulinante.
La fin laisse entrevoir une suite qui me tarde déjà  de voir.

Vas y Ami !

Suicide Club (自殺サークル)

Voila un film dense, intense et orginal, entre le policier, le poétique et le gore avec une forte connotation sociale à tendance contemplative et même un zest de comédie musicale, le tout restant assez sombre. Un mélange original qui je trouve est assez réussi même si le mélange des genre, la structure décomposée peut paraitre brouillon.
te.jpg Un jour en gare de Shinjuku (un des plus grosse de Tokyo) 54 écolières se jettent sous un train pour un suicide collectif. 2 policiers vont essayer de trouver la raison de ces suicides, qui continuent de part et d'autre du Japon. Une piste sur internet, un groupe de rock qui prône la violence et le suicide, la propre famille de l'un des flics qui termine tragiquement dans un bain de sang ...
tobumae.jpg Souvent subtil parfois grotesque il soulève avec une poésie violente le douloureux problème du suicide et du mal être d'une certaine jeunesse japonaise. La violence quasi insoutenable de certaine images alterne avec des scènes oniriques. La description d'une jeunesse japonaise sans but qui se regroupe pour se livrer à l'acte ultime comme pour jouer à un jeu est la métaphore à peine déguisée d'un Japon moderne ou toute valeur s'est perdue dans le consumérisme, les valeurs disparues la jeunesse ne sait plus ou placer son individualisme et la place du groupe dans sa propre vie. Un film dense ou tout comprendre est impossible à suivre à la fois avec son esprit et son coeur. Tout comprendre est impossible car donner une explication rationnelle n'est pas le but du film. Une oeuvre d'art moderne et brut d'un réalisateur original, artiste à vif qui donne un coup de pied dans le conformisme japonais et la uni culturalisme consumériste aseptisé qui oublie que la vraie valeur de l'humain est sonhumanité .
J'ai bien aimé le jeu des acteurs notamment les inspecteurs Ryo Ishibashi (chez Kitano ou Miike) et Masatoshi Nagase (Mystery train, Party 7 ...).

Le trailer


  • Réalisateur : Shion Sono