Tout au long des 450 pages de son roman, Kirino nous emmène sonder les tréfonds de l’âme humaine, plus qu'un roman policier c'est une longue promenade sur les rudes chemins de la vie que nous propose ce roman.

L'histoire au final ne sert que de prétexte à un long et lancinant "road movie" chargé de symboles, un road movie silencieusement désespéré en recherche de rédemption.

hokkaidou-umi1.jpg
L'histoire : 
Kasumi ayant passé son enfance sur les rudes et austères bords de mer de l'ile d'hokkaido décide à ses 18 ans de fuir le foyer familial sans laisser aucune trace.
Une fuite qui est une évasion d'un quotidien qui l'oppresse, une fuite seule et égoïste.
Arrivée à Tokyo, elle commence à travailler et se marie, comme on rate son train, avec son patron, honnête mais austère chef d'entreprise accaparé et aveuglé par son travail.
Elle trouve une nouvelle bouffée de vie dans une liaison qu'elle entretient avec Ishiyama, meilleur client de son mari, qui décide d'acheter une maison secondaire à Hokkaido pour pouvoir y retrouver Kasumi.
Pour fêter cette acquisition, un voyage avec les familles de Ishiyama et Kasumi est organisé où en cachette ils laisseront libre cours à leur amour.
Ce bonheur bref et interdit sera très sévèrement sanctionné par le destin, sa fille prénommée Yuka, disparaitra lors de ce séjour sur les bords du lac shikotsu

hokkaidou-shikotsu1.jpg

Cet événement inattendu sera le point de rupture de leurs vies établies, chacun se sentant coupable de cette disparition, les dégâts seront irréversibles.
Kasumi s'engagera pour de longues années dans la recherche de sa fille, hantée par sa fugue, sa trahison mais plus encore par le sens de sa vie.
De retour à Hokkaido; elle rencontrera un ex-policier carriériste et marmoréen, cancéreux en phase quasi terminale, qui l'aidera dans sa recherche.
Au final retrouver Yuka (la petite fille) n'est pas vraiment l'objet du livre, ce n'en est que le prétexte comme le montre ci bien les nombreuses rêveries prémonitoires des différents acteurs du roman, on est à la frontière du réel et de l'inconscient.
La brisure du quotidien, la recherche de son propre chemin et la force de la vie sont les fils de ce roman.
Grâce à son immense talent, Kirino parvient à construire une atmosphère d'une force incroyable qui sans rire ni pleurs nous fait faire un immense et profond voyage dans l'âme humaine. 

hokkaidou-dou1.jpg
Il en reste que Kirino n'ecrit pas des romans légers, c'est rude, austère mais en même temps les personnages y sont extrêmement sensibles.
Le contraste entre cette apparente froideur (Kasumi qui semble prête à abandonner ses enfants, le mariage de Utsumi, la reconversion de Ishiyama) et la force de ces vies est saisissant.
Le détachement des personnages, l'impression que la vie coule comme un fleuve en crue, la rencontre avec son destin, ca ressemble à pas mal d'égard à OUT.
On y retrouve même l'homme et le femme pour se rencontrer et achever une partie de leur destin ensemble.
La comparaison est toute fois à prendre au sens large car les 2 romans sont bien différents.
Disparition est encore plus psychologique, moins basé sur le suspens ou ludique mais pourtant plus intéressant.
A noter la traduction (du japonais ouf !) qui m'a semblé très réussi ce qui n'est pas le cas de tous les romans de Kirino (real world et grotesque sont vraiment une catastrophe de trad).
Lu aux éditions du rocher en grand format bien épais.